Tout savoir sur les oliviers

Les oliviers sont une partie populaire et importante de la culture méditerranéenne. Ils sont utilisés pour la cuisine, l’extraction d’huile et la production d’huile d’olive.

Les oliviers sont cultivés depuis des milliers d’années. La première preuve de culture se trouve dans les archives de Mésopotamie vers 3500 av. Des oliviers ont également été trouvés vers 2000 avant JC en Crète et 1700 avant JC en Égypte.

Nous allons couvrir dans cet article plusieurs point sur ce magnifique arbre fruitier. Quelles sont les différentes variétés de l’olivier, comment le planter ? comment l’entretenir ?

Comment planter un olivier ?

Les oliviers sont un choix populaire pour l’aménagement paysager dans les climats chauds, car ils peuvent devenir très gros et produire beaucoup d’olives. Ils sont également populaires dans la région méditerranéenne.

Les oliviers peuvent être cultivés à partir de semis ou de boutures, mais ils mettront plus de temps à commencer à produire des olives s’ils sont cultivés à partir de semis.

Pour planter un olivier :

  1. Creusez un trou qui est au moins deux fois plus large et profond que la motte mais pas plus de 2 pieds de profondeur
  2. Mettez du compost au fond du trou, puis placez la motte dessus et remplissez tout autour avec de la terre.
  3. Bien arroser après la plantation pour s’assurer qu’il y a suffisamment d’humidité pour que les racines poussent dans le sol.

Différentes variétés

Il existe différentes variétés d’oliviers. Chaque variété a des qualités particulières (résistance au froid, production oléicole, pollinisation, etc.).

Il existe près de 400 variétés différentes d’oliviers en France, dont une cinquantaine cultivées par les oléiculteurs pour la production d’olives et d’huile.

Les variétés résistantes au froid

Les variétés les plus résistantes au froid proviennent naturellement des régions les plus froides (à savoir Vaucluse, près du Mont Ventoux ou encore les contreforts des Pyrénées). C’est le cas notamment des variétés Aglandau, Cipressino, Bouteillan, Frantoio ou Verdale.

Pour plus d’informations, voir notre article sur la résistance au froid de l’olivier.

Les variétés oléicoles

En ce qui concerne la production d’huile, la quasi totalité des variétés sont utilisées, parmi lesquelles notamment les variétés Lucques, Verdale, Olivière, Clermontaise, Picholine, Tanche, Aglandau, Cayanne, Salonenque, Béruguette et Grossane.

Les oliviers les plus utilisés pour la production d’olives vertes sont issus des variétés Amellau, Amygdalolia, Lucques, Verdale ou Aglandau.

Les oliviers les plus utilisés pour la production d’olives noires sont issus des variétés Grossanne, Grassois, Olivière, Picholine et Verdale.

Les variétés pollinisatrices

Les principales variétés autofertiles sont celles reconnues par l’INRA de Montpellier, à savoir Bouteillan, Salonenque et Verdale.

Les autres variétés d’oliviers utilisées comme variété pollinisatrice sont Cayon, Verdale, Manzanille, Cayet, Cornicabra, Picholine ou Aglandau. Pour plus d’informations, consultez notre article sur la fructification de l’olivier.

Entretien de l’olivier

Voici les quelques conseils pour l’entretien courant de votre olivier planté en pleine terre, à savoir l’arrosage et l’apport en engrais.

Malgré la robustesse naturelle et légendaire de l’olivier, un minimum d’attention de votre part lui fera le plus grand bien.

L’apport en engrais

Il n’est pas recommandé d’apporter de l’engrais à un olivier avant qu’il atteigne 5 ans. Dans le cas d’un olivier d’ornement, un apport en engrais azoté une fois par an vers le mois de mars est amplement suffisant. Choisissez de préférence en engrais en granulé à assimilation lente.

Dans tous les cas, la meilleur moyen reste l’épandage de fumier de cheval, opération que vous n’aurez à renouveler que tous les 3 ou 4 ans. Pour cela, creusez une tranchée circulaire à environ 2m50 du tronc d’une profondeur et d’une largeur d’une dizaine de centimètres que vous remplirez de fumier. Les matières organiques et minérales qui y sont présentes descendront lentement vers le système racinaire de votre olivier.

L’arrosage

L’olivier étant très peu gourmand en eau, n’arrosez pas avant que la terre soit réellement sèche. Grosso modo, pendant les périodes de forte chaleur, arrosez votre olivier deux fois par mois environ.

Néanmoins, si celui-ci est planté depuis moins de deux privilégiez un arrosage une fois par semaine. Et dans le cas d’un jeune arbre nouvellement planté, n’hésitez pas à l’arrosez deux fois par semaine.

Quoi qu’il en soit, il est impératif de stopper l’arrosage en cas de pluie ou de baisse significative des températures.

La taille de l’olivier

Pendant ces premières années, vous devez encourager la formation du feuillage et le laisser tranquille.

Les feuilles d’un arbre produisent sa nourriture. Quand l’arbre est jeune avec beaucoup de feuilles fournit, c’est une bonne énergie pour la croissance.

Savoir tailler un olivier est donc essentiel pour sa bonne croissance.

Traiter les maladies et parasite

Il existe plusieurs maladies et parasites de l’olivier qui peuvent être redoutables. Il n’y a pas forcément de remèdes contre tous les parasites et maladies, mais la lutte contre les insectes suceurs de sève et l’élimination rapide des plantes infectées peuvent contribuer à ralentir les propagations.

Le contrôle des mauvaises herbes et le fauchage soigneux des herbes peuvent limiter les plantes qui hébergent les insectes suceurs de sève. Il est également important d’encourager les prédateurs naturels tels que les guêpes parasites et les libellules.

Méthodes de reproduction artificielle de l’olivier

Nous allons aborder dans cet article les différentes méthodes de reproduction artificielle de l’olivier ainsi que son rythme de croissance saisonnier.

Les techniques de reproduction de l’olivier

La reproduction par bouture herbacée est la plus couramment pratiquée aujourd’hui. Elle consiste à sélectionner un jeune rameau de 5cm que l’on va ensuite mettre à tremper dans de l’hormone de bouturage avant de le mettre en terre dans un terreau spécifique. Les boutures sont ainsi conservées par 20°C durant deux ou trois mois. Les oliviers ainsi obtenus fructifieront au bout de trois à quatre ans.

La reproduction par rejet quant à elle consiste à prélever un rejet plus ancien sur un arbre lui-même âgé. Cette méthode n’est guère utilisé que ponctuellement puisque dans ce cas la fructification de l’olivier n’a lieu qu’au bout de 10 ans seulement.

Enfin, la reproduction par semis a depuis longtemps été abandonnée. Elle consiste simplement à planter des noyaux mais le problème vient du fait que l’on ignore à ce moment tout de la variété de l’arbre qui poussera, ce qui n’est évidemment guère rentable pour des professionnels.

Le rythme de croissance saisonnier de l’olivier

De mars à mi-mai, la pousse de l’olivier est faible et se produit progressivement la floraison ainsi que la formation du noyau des olives.

En juillet et en août, l’arbre accélère sa croissance (un peu) et voit son fruit grossir et se remplir d’huile.

De septembre à octobre, la pousse de l’arbre se ralentit mais on procède alors à la récolte des olives vertes puis des olives noires.

Début novembre commence la récolte des olives à huile et la véraison (mûrissement du fruit).

Ainsi, une fois la véraison achevée il est temps de procéder à la récolte définitive des olives à huile.

Conseils sur la fructification

Voici quelques informations et conseils sur la fructification de l’olivier, pour réussir à voir son olivier d’ornement produire des olives.

Les oliviers autofertiles

La plupart des arbres fruitiers fructifient grâce aux travail des abeilles qui déplacent le pollen de plante en plante. Mais l’olivier n’est pas pollinisé par les abeilles mais uniquement par les vents.

Néanmoins, certaines variétés d’oliviers sont même dites autofertiles, c’est-à-dire que le pollen de l’olivier va autofertiliser les fleurs de l’arbre.

C’est le cas pour une dizaine de variétés, dont seulement trois sont par ailleurs reconnues comme telles par l’INRA (variété Bouteillan, Salonenque et Verdale).

Les oliviers non autofertiles

Les autres variétés d’oliviers ont donc besoin de leurs congénères d’autres variétés pour produire leurs fruits.

Il faut donc planter des arbres d’au moins deux variétés à proximité (sauf dans le cas où la présence d’oliviers est déjà existante), à une distance maximale d’environ 300m.

Les oliviers pollinisateurs

Les variétés d’oliviers pollinisatrices sont Cayon, Verdale, Manzanille, Cayet, Cornicabra, Picholine, Aglandau. 

Il est possible de greffer sur un arbre non autofertile une branche d’une de ces variétés pollinisatrices. Il est important dans tous les cas de pratiquer une taille de l’olivier appropriée.

Autour des arbres fruitiers :

Taille des arbres fruitiers
Greffe des arbres fruitiers
Arbres fruitiers nains